le genre Cephalanthera

Ce genre comporte trois espèces en France, toutes assez largement, mais irrégulièrement répandues.

Cephalanthera damasonium (Miller) Druce 1906 : Céphalanthère de Damas, C. à grandes fleurs

 

 

On la reconnaît à ses fleurs blanches tirant sur le jaunâtre, peu ouvertes, qui surmontent des bractées foliacées bien développées. Les feuilles sont ovales assez larges, et ressemblent beaucoup à celles d'Epipactis helleborine. C'est une espèce d'ombre, sur sols calcaires bien drainés.

 

 

Cephalanthera longifolia (Linné) K. Fritsch 1888: Céphalanthère à longues feuilles

 

 

Cette belle orchidée se rencontre, parfois en abondance, sur les lisières forestières où dans les bois clairs et bien exposés (forêts thermophiles), sur sols calcaires à faiblement acides. On la reconnaît aisément grâce à sa grande grappe de fleurs d'un blanc pur, comparativement très grande par rapport à la taille de la plante. Même si les fleurs en elles mêmes ne sont pas particulièrement spectaculaires, l'ensemble a un aspect attrayant qui la rend victime de cueillette.

 

Dans notre région, on la rencontre surtout dans les bois de chênes où les pinèdes qui parsèment les causses sur sous-sol calcaires. Elle fleurit en mai, ce qui lui vaut parfois le nom de Pentecôte.

 

Cephantanthera rubra

 

Cette espèce est facile à reconnaître grâce à la couleur de ses fleurs, qui sont plus largement ouvertes que chez les deux autres représentantes du genre. Ceci indique  une plus grande aptitude à la pollinisation croisée par des insectes. Elle apprécie des stations un peu plus claires que C. damasonium, mais quand même en sous-bois ou en lisière.