Ceriagrion tenellum

Ceriagrion tenellum (Villers, 1789) : l'agrion délicat

Cette espèce est l'unique représentant de son genre en France. Le mâle est aisément reconnaissable : son abdomen est entièrement rouge, ce qui est unique parmi nos Zygoptères, et son oeil est également rouge ainsi qie les pterostigma. Le dessus du thorax est brun uniforme, sans bande antéhumérale marquée.
La femelle a un abdomen panaché de rouge et de noir, dans des proportions variables, et peut ainsi être confondue avec Pyrrhosoma nymphula. La coloration de l'oeil est un critère de disticntion facile : celui de Ceriagrion est uniforme, tandis que l'oeil des Pyrrhosoma est strié horizontalement de noir. La coloration du dessus du thorax est aussi un critère facile, avec la présence (Pyrrhosoma) ou l'absence (Ceriagrion) de bande antéhumérale rouge. 

Ceriagrion est une espèce localisée sur des milieux d'eau stagnante de petite taille : marais, mares, petit ruisseaux. Je l'ai rencontrée surtout sur des complexes de mares au sein de landes à bruyère, dans le Poitou et dans la Marne. Elle est présente dans presque toute la France à l'exception de l'extrême nord, la majorité de la Lorraine, les Alpes et le Jura.


Pyrrhosoma nymphula

La petite nymphe au corps de feu

 

 

Erythromma lindenii

Erythromma lindenii (Selys, 1840) : Agrion de Vander Linden ; Naïade aux yeux bleus

 Autant les deux autres espèces du genre présentes en France (E. najas et viridulum) sont semblables, autant celle-ci est différente, et peut être facilement confondue avec un Coenagrion ou un Enallagma

 En effet, le mâle est bleu et noir, sans les yeux rouges caractéristiques des deux autres espèces. Au contraire, ses yeux sont bleu vif uniforme. Sur le dessus de l'abdomen, on trouve successivement : 
- le 2e segment, orné d'un dessin noir évoquant un calice vu de profil 
- les segments 3 à 6 ont un dessin en forme d'as de pique effilé caractéristique,
- S7 et S8 sont noirs
- S9 bleu, et S10 presque entièrement bleu.
On peut rajouter dans les critères distinctifs, des taches post-oculaires (derrière les yeux) bleues, etroites et se rejoignant souvent pour former un trait, et sur les cotés du thorax des sutures partiellement soulignées de noir.

La femelle est comme souvent moins caractérisée. Dans de bonnes conditions, on pourra noter que le thorax et les premiers segments sont jaunâtres, le milieu de l'abdomen bleu clair, et l'extrémité brunâtre. Le dessus de l'abdomen est presque entièrement noir.

Cette espèce affectionne les cours d'eau lents, ou les zones plus calmes des rivières, où le mâle patrouille rapidement à ras de la surface de l'eau. On pourra aussi repérer les tandems posés sur la végétation émergente pendant que les femelles pondent dans la partie immergée des végétaux.

Erythromma viridulum

Erythromma viridulum (Charpentier, 1840) : la Naïade au corps vert

A première vue, cette espèce est un sosie de E. najas. De plus, les deux ont une aire de répartition semblable (viridulum est plus présent vers le sud), fréquentent les mêmes biotopes et ont un comportement voisin...

L'observateur devra donc être attentif pour les différencier. Je résumerai ici les différences les plus évidentes, déjà exposées dans l'article consacré à E. najas

- E. viridulum est de stature plus frêle,
- Le mâle a des bandes antéhumérales en général complètes, tout comme la femelle, 
- Il a également un X noir sur le dessus du 10e segment,

Je trouve cette espèce plus rare que E. najas. Je ne l'ai jamais rencontrée sur les étangs de Lorraine  que je fréquente, et je ne l'ai contactée qu'une seule fois, sur un bras mort de la Loire.

Erythromma najas

Erythromma najas (Hansemann, 1823) : la Naïade aux yeux rouges

C'est un hôte typique des eaux calmes riches en végétation flottante, où l'on observera les mâles posés à la surface des végétaux, nénuphars, potamots ou autres. Ils effectuent de courts vols à partir de leur perchoir pour chasser un intrus. On pourra aussi les observer posés sur la végétation des rives, où ils vont passer la nuit.

L'identification du genre des mâles est très facile : avec E. viridulum, ce sont les seuls odonates mêlant des yeux rouges avec un corps sombre portant une tâche bleue à son extrémité. Il est aussi possible de les confondre avec un mâle Ischnura qui est aussi sombre, avec une tâche bleue, si on n'est pas attentif à la couleur des yeux.
Il faudra être bien plus attentif pour séparer les deux espèces d'Erythromma. Hormis la stature un peu plus forte de E. najas (mais c'est difficile à évaluer), la distinction se fait en examinant l'extémité de l'abdomen : les segments 9 et 10 sont entièrement bleus dessus, alors que le S10 porte un X noir chez viridulum. A l'autre extrémité, sur de dessus du thorax, il n'y a pas de bandes antéhumérales claires (elles sont présentes chez la femelle, mais courtes). De profil, la couleur bleue s'étend latéralement chez viridulum, et pas chez najas. Les femelles sont jaunâtres, avec le dessus entièrement noir.

C'est une espèce très largement répandue, présente partout à l'exception de la bretagne, du piémont pyrénéen, de la basse vallée du Rhône, Provence et massif alpin. Elle est plutôt précoce, volant à partir d'avril jusqu'au début de l'été.