le genre Anacamptis

 

Ce genre comportait jusque récemment une seule espèce, l'Orchis pyramidal. Des études récentes utilisant la génétique, et plus seulement la morphologie,  ont bouleversé la systématique des orchidées et amené à "ventiler" bon nombre d'espèces qui appartenaient au genre Orchis vers d'autres genres, dont Anacamptis. Le genre comporte donc actuellement 5 espèces en Dordogne, plus une actuellement considérée comme disparue. J'ai eu l'occasion d'en rencontrer trois autour de Thiviers: pyramidalis, morio et laxiflora, puis de croiser les autres au cours de mes pérégrinations dans le sud de la France.  


Anacamptis champagneuxii

 

Très semblabe à un A. morio, il s'en distingue par le centre du labelle blanc pur, l'inflorescence pauciflore.  Espèce méditerranéenne, très localisée en France (Var essentiellement), mais largement répandue en Espagne. 


Anacamptis morio

C'est l'espèce type de son groupe. Autrefois largement répandue dans les prairies de fauche non amendées, elle a considérablement régressé en plaine. Elle reste fréquente dans les zones d'élevage extensif à moyenne altitude : grands causses du Massif Central, Corbières, ainsi que dans les zones de friche des régions calcaires du midi. 

C'est une plante trapue, pas très grande, aux fleurs au labelle au moins aussi large que long. Les sépales sont rabattus en casque et nervurés de vert. Les fleurs sont en général violet foncé, mais il peut y avoir de grandes variations jusqu'au rose pâle ou au blanc. Le centre du labelle est ponctué. 

C'est une espèce assez précoce, avec une période de floraison centrée sur avril.


Anacamptis picta

C'est une variante méditerranéenne grêle et aux fleurs vivement colorées de A. morio. Statut controversé, souvent considéré comme une sous-espèce de A. morio.


Anacamptis martrinii

 

Caractérisé par son éperon particulièrement épais. En montagne dans les Pyrénées, dans des milieux frais.